Rencontre avec
Aurélien Ferlito

« Une heure avec Aurélien Ferlito, Responsable des Programmes de La Rochelle Digital School »

Aurélien FerlitoAnimée par Aurélien Ferlito, son Responsable des programmes, La Rochelle Digital School (LRDS) a ouvert ses portes en 2017. Cette école délivre à la fois un diplôme de Bachelor Web Design d’Excelia Group, et un certificat professionnel RNCP reconnu par l’État. Petit tour d’horizon d’une formation à l’avenir prometteur.

Une toute jeune école au sein d’un grand groupe d’enseignement

La création de LRDS s’inscrit dans l’axe stratégique de diversification d’Excelia Group. L’ICAN, école partenaire du Groupe GES, est à l’origine du certificat RNCP de “Designer numérique”. Elle est spécialisée en Game Design, animation 3D et Web Design à Paris.

Aujourd’hui 25 étudiants sont intégrés à ce cursus qui prépare en trois ans aux métiers du Web Design (graphistes, codeurs, community manager...). Bénéficiant de deux salles high tech qui leur sont réservées, les étudiants peuvent ainsi pleinement s’approprier les lieux. Explorant le domaine de la communication digitale, ils travaillent « principalement sur la création de sites Web et sur la création de différents supports de communication : affiches, magazines, ou encore reportages photos et vidéo ».

Pour compléter cet aspect « pratique et technique », l’école leur dispense aussi des cours en gestion de projet, en marketing et en community management. C’est pourquoi, même si LRDS évolue avec une expertise qui lui est propre, il existe des liens entre elle et les autres écoles d’Excelia Group, notamment parce que chaque programme du groupe se digitalise en introduisant des modules de cours qui relèvent de la communication digitale (outils comme Photoshop ou WordPress). En entreprise, ces compétences sont de plus en plus souvent attendues et demandées.

Le rôle essentiel de l’entreprise

Pour Aurélien Ferlito : « Les étudiants sont formés à l’école, mais l’immersion dans la vie professionnelle est primordiale pour compléter leur formation ». Ils sont ainsi amenés à faire des stages d’une durée de 4 à 6 mois en 1ère et en 2ème année et à effectuer leur 3ème année en alternance. Ce parti pris de l’école s’inscrit dans le souhait de proposer une formation très professionnalisante.

Si LRDS entend apporter à ses étudiants « des compétences très concrètes sur le métier », elle met un point d’honneur à ce que tous ses intervenants soient des professionnels qui transmettent non seulement un savoir-faire mais aussi un vécu. Pour explorer le monde de l’entreprise et ouvrir d’autres perspectives à ses étudiants, Aurélien Ferlito programme des rencontres avec le Career Centre. Ces rencontres permettent de visiter un incubateur, un réseau d’entreprises comme Digital Bay, ou une grande entreprise aux locaux impressionnants à l’image du Groupe Rhinos à Périgny.

La création au cœur de l’école

Cette formation s’apparente à une « école d’arts appliqués » fréquentée par des « artisans » du Web. S’entourant d’enseignants aux profils variés et parfois insolites (professeur de philosophie, sérigraphe...), l’école entend ouvrir les esprits pour nourrir la création. Si les étudiants sont en permanence « incités à analyser, à décortiquer n’importe quel objet de communication », leur formation ne doit pas s’arrêter aux murs de l’école. Aurélien Ferlito attend d’eux qu’ils se cultivent en permanence et qu’ils se montrent curieux.

Le recrutement des étudiants s’inscrit dans cette logique : « Comme dans toutes les écoles d’art, on leur fait passer un entretien avec un book. Même s’ils n’en ont pas quand ils terminent leur bac, ils peuvent déjà avoir un fil Instagram, une chaîne YouTube, car ils se trouvent parfois producteurs de contenus ». Il y a donc une réelle volonté de comprendre qui est le candidat, sa sensibilité et son univers, avant de le recruter : “Il faut être attentif aux talents et motivations parfois inattendues”.

Un partenariat avec le Chantier des Francos

En février, les étudiants ont eu l’opportunité de travailler sur un projet concret pour le Chantier des Francos, qui est un dispositif sélectionnant de jeunes talents pour les accompagner et les soutenir, pendant un an, dans leur parcours artistique. Encadrés par des professionnels, les 18 artistes repérés suivent un programme de formation et donnent des concerts. « Il s’agissait de notre premier workshop pour un vrai client avec une vraie problématique de commande » puisque pour chaque artiste, les étudiants ont dû réaliser une affiche. Ce « workshop » d’une semaine a été l’occasion pour eux de s’immerger dans l’univers musical de chacun en assistant aux répétitions et de rencontrer toute l’équipe qui avait de réelles attentes. Les affiches sont aujourd’hui exposées au Chantier des Francos dans la salle de concert, et une exposition en septembre les présentera à l’ensemble des étudiants du groupe.

Mon chantier XL

Une école qui entend continuer son développement

Dans un contexte concurrentiel très fort, LRDS a su trouver sa singularité avec une formule pédagogique qui lui est propre et qu’elle doit à son Responsable des programmes.

Aujourd’hui elle a de nombreux projets en tête : de la création d’un bachelor communication, voire d’un MSc Stratégies d’influence, à l’approfondissement de programmes déjà existants à l’image de la vidéo et du graphisme, en passant par la mise en place de soirées thématiques en rapport avec les nouvelles technologies, La Rochelle Digital School souhaite continuer plus que jamais son évolution.